14/12/2013 – Didier Wampas + Le Réparateur – Mâcon (71)

20 déc 2013 - 0 commentaire

Didier Wampas + Le Réparateur

La Cave à Musique – Mâcon (71)

14/12/2013


(Information : Les photos sont présentes après l’article.)

Ce vendredi, Didier Wampas revenait à la Cave à Musique accompagné cette fois ci de Bikini Machine, et en première partie Le Réparateur.

C’est donc le duo lyonnais/dijonnais/new-yorkais Le Réparateur qui a ouvert cette soirée et si le projet change d’origine aussi rapidement que ses musiciens changent de bières, le punk était quant à lui bel et bien présent. Après avoir sorti en 2012 « Même pas un quart d’heure de sexe », un vinyle de 17 titres durant moins de 15 minutes, le groupe revient avec un vinyle 4 titres « Les gens riches ne meurent jamais ». Les morceaux de ces deux opus seront d’ailleurs joués sous la cave mâconnaise et s’enchaineront rapidement, sans transitions puis le groupe s’autocensurera en ajoutant une intro volontairement longue à la musique suivante pour compenser. Non sans humour, le groupe taclera les spectateurs : ‘On a déjà joué au Saint Antoine et il y avait un meilleur public’, le chanteur incitant également la foule à applaudir et s’arrêter après les titres tel un chauffeur de salle, pendant que le batteur verse sa bière sur ses fûts afin d’obtenir un effet aquatechnique du plus bel effet durant le morceau suivant. Dans les premiers rangs la glace se brise au fur et à mesure du set, quelques petits pogos sont de la partie ainsi que des fans du groupe chantonnant les paroles de nos deux romantiques présentant leurs chansons d’amour : « Au Cinéma », « Amoureux d’ta femme » ou encore « Aller aux putes ». Parfois crus, parfois drôles, résolument revendicatifs à deux balles les textes font mouches face à un public souriant. Après avoir vu le duo au Festiz 2012 avec un set électriquement pluvieux, celui proposé ce soir est toujours aussi convaincant, ce n’est pas pour rien que Télérama a qualifié le projet de « meilleur groupe punk de l’univers » enfin quelque chose du genre d’après leur biographie aux sources discutables. Une session presque acoustique et une presque interview seront à retrouver prochainement sur notre site et vu que Noel a lieu dans une semaine, je veux bien maintenant découvrir « Justin(e) » dans notre belle salle mâconnaise, avis à la programmation !



La suite de la soirée s’est déroulée avec l’abonné de la salle : Didier Wampas, sans les Wampas mais avec Bikini Machine. Exit « Manu Chao », « Rimini » et autres titres connus pour laisser place à un projet (pas) solo de Didier, comme il nous l’expliquait en loges avant le concert lors d’une interview chantée. Le nouveau retraité a toujours la pêche, sur scène il jumpe, micro à la main, naviguant d’un côté à l’autre de la scène au plus proche du public qui lui rend si bien. Dans la salle il y a de tous les âges, des futurs ados aux retraités qui vieillissent également au rythme de l’artiste : déjà 30 ans de scène ! Le chanteur fou soigne son image changeant de tenue régulièrement et n’hésitant pas à s’offrir un bain de foule, chantant au milieu des spectateurs, les prenant dans ses bras ou dansant avec avant de finir debout sur le bar à chanter son morceau. Les deux retours en devant de scène lui serviront d’estrade, montant dessus et faisant le show, certains membres du public chantant à plein poumons les paroles des chansons. Les musiciens sont quant à eux très pro, forts de leur expérience musicale et leur participation à de jolis festivals (Eurockéennes, Francofolies, Transmusicales) sous leur projet propre Bikini Machine depuis 2001. Après une reprise de « Comme d’habitude » en version rock et un rappel de la part du public, Didier Wampas terminera son concert en faisant monter le public sur scène : c’était chaud pour l’avant dernier concert du trimestre au 119 rue Boullay !



Article/Photos : Fabien Dubois

TOUTES LES PHOTOS :

LE RÉPARATEUR :







DIDIER WAMPAS :

















Information : Les photos présentes sur ce site ne sont pas libres de droit, toute copie, reproduction ou utilisation sans accord préalable peut engendrer des poursuites. Merci de contacter l’auteur pour toute utilisation.


Aucun commentaire

Pas de commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire